Les douze travaux d’Astérix

Les douze travaux d’Astérix

Les fêtes approchent , nous resterons à Kauai pour Noël, je n’ai pas encore reçu mon visa, la procédure est longue et périlleuse, nous avions été avertis…

visa, blog image@

Nous attendions une réponse suite à une 3ième visites éclair à l’ambassade d’Oahu le 4 décembre (ceci est une deuxième demande, j’explique plus loin) on arrive à l’ambassade, on passe le détecteur de métal , nous sommes assis et attendons notre tour. On ‘’ feel doux ‘’ comme devant une police, on n’a rien fait mais on se sent coupable quand même. Mon nom est appelé sèchement, la rencontre avec l’agente de l’immigration sera brève, d’abord elle me questionne sur moi, mon travail, et cette question, ‘’mais pourquoi s’installer à Kauai?’’ Elle a de grands yeux pleins de suspicion et de questionnement, je peux deviner ses pensées ; ‘’comment font-ils pour vivre, ont-ils de l’argent, sont-ils des hors-la-lois? L’option ‘’ils ont économisé pour venir ici quelque temps semble exclus’’.

Au départ de Kauai direction Oahu pour le rendez-vous à l’ambassade. / From Kauai to Oahu, for the appointment at the US embassy.

ka oahu, visa avion2@

Pourquoi avoir choisi Kauai? Pour son côté Robinson Crusoé et rien d’autre. Pour les Hawaiien des autres îles, Kauai se décrit comme une île magnifique mais un peu trop isolé, il n’y a rien à faire, il n’y a pas de travail convenable ni de divertissement qui mérite ce nom, et elle me demande: ‘’mais qu’est ce que vous faites de vos journées?’’ Drôle de question et avec la tête qu’elle avait, une tête à l’allure grave. Nous sommes en entrevue pour savoir si nous ferons de bons Américains, rentables, ils ont tout le pouvoir, je suis complètement soumise à leur autorité, ils ne veulent pas de squatter de paradis dans le coin, ils veulent des travailleurs. Mais pourtant, tous ces gens qui me questionnent viennent d’ailleurs, le Japon, les Philippines, le Mexique. Les Hawaiien de souche se font plutôt rares, une espèce en voie de disparition comme nous, les Québécois. Sélection naturelle ou évolution? Pour revenir à mes moutons, le but de l’obtention de mon visa est de pouvoir finir l’année scolaire en beauté sans tracas, j’ai une permission de résider ici seulement jusqu’en février, étampe à l’appui dans mon passeport, pas de visa se résume à: ‘’si tu sors du pays, tu pourras pas revenir avant six mois et surtout pas sans tracas’’.  Les étrangers ont le droit de vivre aux États-Unis six mois par année seulement, tout le monde sait ça. Deux agentes d’origine asiatique sont maintenant devant nous, il y a un suspense, elles se regardent, me regarde, ‘’oh, mais vous avez quitté en mai 2014 pour le Québec, avant même d’avoir reçu votre réponse!’’ Oui effectivement j’ai quitté le 31 mai 2014 pour rentrer chez nous, fallait retourner pour le travail, j’avais avisé mon avocate, une francophone de Thetford Mines qui habite maintenant en Floride, mais les procédures furent plus longue que prévue,  je suis donc parti quand même sans mon visa, ça m’a mis dans le trouble. ‘’Oh! mais vous devrez recommencer le processus, il vous manque des documents ma chère dame’’. Marc est là assis à côté de moi, il me pince la cuisse en dessous de la table, nous sommes un peu désemparés, refaire deux fois le même processus, surtout quand il est question de papiers Oh aidez-moi quelqu’un!!!  ‘’ Mais qui est votre avocate? l’avez-vous trouvé sur internet par hasard? Elle ne semble rien comprendre aux lois d’immigration’’.  Bon j’ai engagé une amateure selon leur dire, rien pour me rassurer et pour en ajouter, cette avocate refuse de prendre le blâme sur ses erreurs, évidemment. Nous finissons par faire quelques jaunes blagues , l’atmosphère se détend un peu mais j’y comprends toujours rien, l’anglais ce n’est pas ma langue, une chance que Marc est avec moi, béni soit le ciel mes enfants sont désormais bilingues. Depuis le début du processus en août 2013, je me sens comme dans les douze travaux d’Astérix , toute cette paperasse rend fou quiconque n’est pas un administrateur né, je ne compte plus les documents, les signatures, les paiements, les rencontres que nous avons dû faire pour mes enfants et moi pour nous rendre jusqu’ici. Pas le choix, il faut se rendre jusqu’au bout. J’ai obtenu mon permis de travail et aussi mon numéro d’assurance sociale mais là il me manque que ce précieux visa qui me permettra un beau 10 ans de liberté nord Américaine. Pour les enfants, le processus en est à la fin, ils ont reçu leur ‘’Green Card’’, leur numéro d’assurance social aussi, il ne manque que les passeports Américain, on fera la demande au bureau de poste de Kilauea, le 7 janvier prochain, pour eux tout est beau Alleluia. Et la suite…Hier je suis allée chercher mon « médical report » à l’autre bout de l’île, le même que j’ai faits faire au printemps dernier, mais le docteur à pris sa retraite et la technicienne ne m’a pas remit les bons documents, l’enveloppe n’est pas scellée et la signature du docteur retraité n’est pas sur l’autocollant qui confirme la confidentialité du contenu, un autre petit détail insignifiant à régler, je ne suis pas encore sortis du bois ou plutôt de la forêt tropicale.

ka visa @

English:

The twelve tasks of Asterix

The holidays are approaching, we will stay in Kauai for Christmas, I have not yet received my visa, the procedure is long 

and perilous, we had beenwarned…

We were expecting a response to a 3rd appointment at the Embassy of Oahu on 4December (this is a second request, I explain later) we arrive at the Embassy, we pass the metal detector, we sit and wait our turn. My name 
is called dryly,the meeting with the immigration officer will be brief, first she questions about me, my work, and this issue, ‘but why settle in Kauai?’ 
She has large eyesfull of suspicion and questioning, I can guess his thoughts“How do they do for a living, 
do they have money, they are off-the-laws? The option “they have economised to come here some time seems excluded”.
L’ambassade américaine d’ Oahu, vue des airs. / The US Embassy of Oahu, from the air.
ka oahu, visa ambassade2@
Why choose Kauai? For his Robinson Crusoe style and nothing else. For the Hawaiian people from the other islands, Kauai describes itself as a beautiful but a bit too isolated island, there’s nothing to do, there is no suitable work or entertainment that deserves this name, and she asks me: “but what are you doing all day long?” Funny question… We interview to find out if we will be good US citizenchip. They have all the power, I am completely subject to their authority, they do not want squatter paradise in the corner, they want workers. But yet, all those people who question me come from elsewhere, Japan,  Philippines, Mexico. The Hawaiian strain are rather rare, a species being endangered as we Quebecers. Natural selection or evolution? To return to my sheep, obtaining my visa aims to finish the school year in style without hassle, I have a permission to reside here only until February, stamp to support in my passport, no visa boils down to: “If you go out of the country, you can not come back before six months and especially not hassle”. Foreigners have the right to live in the United States six months of the year alone, everyone knows it. Two officers of Asian origin are now before us, there is suspense, they look, look at me, “oh, but you left in may 2014 for Quebec, ahead even of having received your reply!”Yes actually I left May 31, 2014, to go home, had to return to work, I had informed my lawyer, a francophone from Thetford Mines, who lives now in Florida, but the procedures were longer that expected, I am so gone anyway without my visa, it put me in disorder. “Oh! but you will need to repeat the process, you are missing documents my dear Lady “. Marc is sitting beside me, he pinches me thigh underneath the table, we are a little clueless, repeat twice the same process, especially when it comes to papers Oh help me someone! “But who is your lawyer? have it you found on the internet by chance? She doesn’t seem to understand anything in the immigration laws “. Good I hired an amateur according to tell them nothing to reassure me and to add, this lawyer refuses to take the blame on his mistakes, of course. We end up making a few yellow jokes, relaxes the atmosphere a bit but I still understand nothing, English is not my language, a chance that Marc is with me, blessed either heaven my children are now bilingual. Since the beginning of the process in August 2013, I feel as in the twelve tasks of Asterix, all this paperwork crazy anyone who isn’t a born administrator, I has more documents, signatures, payments, the meetings that we had to do for my children and me to go far. No choice, it is necessary to go to the end. I got my work permit and also my social insurance number but there I’m missing that this valuable visa which will allow me 10 years of freedom in North American. For children, the process is at the end, they received their “Green Card”, also social insurance number, that’s missing the American passport, it will make the request at the post office of Kilauea, January 7, for them all is beautiful Alleluia. And more…Yesterday I went to look for my “medical report” to the other end of the island, the same that I’ve made to do last spring, but the doctor is now retired, a technician has not gave me the correct documents, the envelope is not sealed and the signature of the new doctor is not on the sticker which confirms the confidentiality of content, another small insignificant to adjust detailI’m not yet out of wood or rather of the rainforest.
noel sapin bea 2014@
Share

Leave a Reply

Your email address will not be published.